Atari Video Computer System / Atari 2600 (console de jeux vidéo de deuxième génération, 1977-1991)

Atari Video Computer System / Atari 2600 (console de jeux vidéo de deuxième génération, 1977-1991)


Intérêt
L’Atari Video Computer System est lancé sur le marché américain en octobre 1977 au prix de 199 USD : cette console de jeux vidéo de salon appartient à la deuxième génération de matériel, et se distingue de la génération précédente par la présence d’un port cartouche, permettant de changer de jeu, par des graphismes en couleurs (si la télévision familiale le permet), et par un microprocesseur performant, à savoir un 6507 de MOS Technology cadencé à 1,19 MHz. Avec ce produit phare, directement opposé au Fairchild Channel F, Atari espérait à la fois stimuler et dominer le marché domestique du jeu vidéo, tout en profitant de l’expérience qu’il avait acquise dans le domaine des jeux d’arcade (à la fois pour le matériel et pour le logiciel).

Le succès fut immédiat et ne se démentit pas pendant les 5 années suivantes, notamment en raison de la politique tarifaire agressive du constructeur : le VCS —qui changea de nom pour devenir l’Atari 2600, au moment où la firme sortit un nouveau modèle amélioré, le 5200 (1982)— possède le record de longévité d’une console de jeux vidéo : produit jusqu’en 1991, il détint en outre pendant longtemps le titre de la console de jeux la plus vendue au monde (avec près de 40 000 000 d’unités écoulées au total).

Cependant, le crash du jeu vidéo de 1983, causé par le dumping auquel conduisait une lutte acharnée pour détenir la majorité du marché domestique américain, fut fatal à la firme et à sa domination sur le marché des consoles de jeux : Le 3 juillet 1984, en effet, Warner Inc. revendit la Consumer Division d’Atari à Jack Tramiel (ce dernier avait quitté Commodore International quelques mois plus tôt). La nouvelle société fut baptisée Atari Corporation et consacra ses efforts sur sa gamme d’ordinateurs familiaux, tandis que la branche d’édition de jeux devint Atari Games. Ainsi, l’éphémère Atari 5200, ou ses successeurs : l’Atari 7800, puis la Jaguar, ne parvinrent jamais à renouer avec le succès initial de leur aînée.



Le modèle original de la console (dont l’affichage se fait par le port antenne et est conforme, comme il se doit, à la norme NTSC) était livré avec une paire de manettes de jeu et le jeu Combat : ce dernier permettait à 2 joueurs de s’affronter et mettait ainsi en avant l’aspect convivial du matériel, renforcé par un design discret qui à imitait l’apparence d’un poste de radio. Possédant au départ 6 boutons en façade et quatre port de jeu, la console évolua vers plus de simplicité lorsqu’elle s’exporta sur les marchés européen et asiatique : vers 1980, elle ne possèdait plus que 4 boutons, puis elle abandonna sa façade «bois», conçue à l’origine pour séduire les ménagères américaines (1982). Son architecture interne fut également revue et rationalisée, en même temps que son design subissait une cure d’amaigrissement : la dernière mouture de l’ Atari 2600 adopta l’apparence plus futuriste de l’ Atari 7800 (1985), elle-même inspirée par l’ Atari 5200, avec un facteur de forme au coût drastiquement réduit, et une coque en 2 parties moulée en plastique noir de moindre qualité.


Logithèque

En raison de son exceptionnelle longévité, du symbole qu’elle est devenue et, par la suite, de l’engouement pour le retro-gaming, l’Atari 2600 possède une logithèque extraordinairement développée, eut égard à ses capacités.

Le jeu vidéo original peut-être le plus célèbre disponible sur la console est Pitfall!, d’Activision, aux côtés de titres comme Adventure ou Yar’s Revenge d’Atari, et Atlantis d’Imagic : le support des éditeurs tiers fut en effet déterminant dans le succès de la machine.

L’Atari VCS dispose en outre d’une large gamme d’adaptations de jeux d’arcade, certaines étant catastrophiques en raison des limitations du matériel, d’autres de qualité : cette dualité est particulièrement bien exprimée par la différence qui existe entre des titres comme Pac-Man, unanimement reconnu comme une conversion médiocre, et Ms. Pac Man, qui est un des jeux cultes sur la plate-forme.

Il faut en outre noter que le jeu vidéo « sous licence » est né sur VCS (E.T., d’après le film de Spielberg, coûtera d’ailleurs une fortune à la firme), de même que la plupart des controverses autour du jeu vidéo, jugé dangereux pour la jeunesse (la console est notamment célèbre pour posséder un certain nombre de titres à caractère pornographique, tel Custer’s Revenge de Mystique).

Le dernier jeu officiel sous licence Atari sorti sur la machine est KLAX (1990).



Catégorie (1) Référence 
 
Mots-clef Atari  référence  1977 
Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2010-09-07 16:14:36

Recommandations

attachment icon
Console de jeu Atari VCS 2600 « bois », en version française SECAM dans sa boîte d'origine illustrée de photographies en couleurs (de grandes dimensions) sans polystyrènes. Celle-ci sera livrée avec 4 jeux en cartouche et deux manettes d'origine Atari (contrôleurs de jeu).


attachment icon
Jeu souvent comparé à Frogger dans lequel des poules doivent traverser une autoroute sans être heurtées par les véhicules. Un des tous premiers jeux vidéo d’Activision pour VCS.