James Bond : le jeu de rôles. Livre de base en Français (Jeux Descartes, 1988)

James Bond : le jeu de rôles. Livre de base en Français (Jeux Descartes, 1988)

  • 37.40 €

Intérêt
James Bond aka (aka, c’est l’abréviation de «also known as» pour ceux qui se poseraient la question...) «007» ou encore, en bon Franglais Doubeul Ziiro Sévên, est le nom d’un agent secret breton très photogénique, tellement même qu’il est probablement le héros du XXe siècle qui apparaît dans le plus grand nombre de films (ce propos n’engage que moi et mériterait d’être vérifié : après tout il y a aussi Tarzan...).

Ce Breton, donc —attention ! James Bond vient de la véritable Bretagne, la «Grande» Bretagne : pas la petite colonie que les Bretons établirent chez nous au début des Âges sombres— acquit tout naturellement une grande popularité dans l’Hexagone. On ne peut que supposer que la parenté réelle entre de nombreux Parisiens et les Bretons de la colonie lui valut d’être adulé dans la capitale avant d’être connu dans nos campagnes.

Toujours est-il en conséquence qu’un émerveillement réel frappa l’esprit aventureux des jeunes adolescents français lorsqu’ils apprirent en 1983 —très probablement dans Casus Belli, créé dès 1980, ou encore dans Jeux & Stratégie...— que le cousin fingueur venait de faire son apparition dans un véritable jeu de rôle, publié outre-Manche chez Victory Games.... Et bien non ! Détrompez-vous : en réalité, l’esprit aventureux d’un jeune adolescent français de 1983 était généralement fort éloigné de ce genre d’objet, probablement d’avantage porté sur le foot et sur les filles que sur un obscur loisir à jamais réservé à une petite élite de dégénérés.

Cependant il dut quand même se trouver quelques centaines de ces dégénérés pour que l’illustre firme Jeux Descartes choisisse de faire traduire en authentique Français (à cette époque, on payait encore des traducteurs et on n’utilisait pas de logiciels, car les phrases étaient complexes et pouvaient contenir plus d’une proposition...) ce jeu-là, et cela, dès l’année 1988. À moins, bien entendu, qu’échaudé par le succès de Warhammer, le jeu de rôle fantastique (publié en 1986 dans nos plus si vertes contrées) le philosophe du jeu ne se soit pris à rêver d’une autre pile de livres sterling... Ou encore, à moins que J.D. n’ait décidé de se lancer exclusivement dans les adaptations tirées du cinématographe (en effet, Star Wars — La Guerre des étoiles, c’est-à-dire le jeu de rôle de West End Games sorti en 1987 sera traduit, lui, dès l’année suivant sa sortie...)

Ce qui m’amène à présent à l’objet de cette fiche... Mais notez que j’aurai pu aussi l’intituler «Avant tout était plus simple...». «Qu’est-ce que tu racontes ?», me demanderez-vous... Je vous laisse juge : 1962-1971, 8 films : Sean Connery. 1973-1985, 7 films : Roger Moore. Et puis après, ça se dégrade rapidement : 1987-1989, 2 films : Timothy Dalton. 1995-2002, 4 films : Pierce Brosnan. 2006-2015, 4 films : Daniel Craig. Et puis il faut bien dire qu’avant aussi, dans James Bond, il y avait les méchants et les gentils. Les méchants, c’était l’URSS. Et maintenant ? Oui, on peut vraiment dire qu’avant tout était plus simple...

En tous cas, voici donc le livre de base James Bond 007 — Le jeu de rôle (1988), par Jeux Descartes (il s’agit vous l’aurez compris de la première édition en Français, celle avec la jolie couverture). On doit le jeu à Gregory Gorden, Robert Kern, Gerard Christopher Klug, Michael E. Moore, Neil Randall (auteurs), Ted Koller, Stuart Leuthner, James Talbot (illustrateurs) et pour la version qui nous intéresse : Michel Serrat, Jean-Jacques Stagnari et Perceval Wilson (traducteurs). Cette liste savante est tirée de [1], le site francophone consacré au jeu de rôle et notamment au jeu de rôle en Français, et j’ajoute qu’une rétrospective de ce jeu a récemment été faite dans : MERMOUD, Patrice ; GERAUD, G., « James Bond 007 : Au service secret de sa Majesté », Casus Belli, Black Book, no 5,‎ janvier 2013, p. 240-243 (ISBN 978-2-36328-112-8).

Complet en soi, le livre de base sera suffisant pour reproduire ou pour imaginer d’autres aventures du célèbre agent secret britannique, mais il gagnera cependant à être accompagné de dés à six faces, voire de ses suppléments, dont certains —et c’est là une bonne nouvelle— sont également disponibles en Français : aaah, le Manuel du service Q...

PS. Quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi on écrit désormais «jeu de rôle» pour désigner le «jeu de rôles» ?


 Article disponible 

un bel exemplaire pour collectionneur, aux coins piquants et à la reliure protégée aux couleurs éclatantes.



Catégorie (1) Jeu de rôle 
 
Catégorie (2) Livres de règles 
 
Catégorie (3) Années 1980 
 
Catégorie (4) 1983 
 
Catégorie (5) 1988 
  Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2016-08-15 18:00:38



Commentaires


*


Anti-robot
Veuillez résoudre l'opération suivante :


* obligatoire