Ordinateurs familiaux Atari 8 bits (modèles 400, 800, XL et XE, 1979-1992)

Ordinateurs familiaux Atari 8 bits (modèles 400, 800, XL et XE, 1979-1992)


Intérêt
La gamme d’ordinateurs familiaux 8 bits d’Atari comprend les modèles commercialisés entre 1979 et 1992 qui ont en commun un processeur MOS Technology 6502 (comme l’Apple II), une compatibilité logicielle quasi totale, et qui appartiennent, pour ce qui est de leur conception, à trois générations différentes de matériel. La première génération est celle des modèles 400 et 800 (1979-1982) ; la deuxième génération est celle des modèles XL (600XL, 800XL, et 1200XL : 1982-1985) ; enfin, la troisième génération est celle des modèles XE (65XE, 130XE, XE Game System et 800XE : 1985-1987).

Ces générations se distinguent les unes des autres par un design différent (il est homogène d’un modèle à l’autre et repris pour les périphériques), par un facteur de forme nouveau (la taille moyenne des modèles diminue de manière conséquente au fur et à mesure que la taille des composants diminue), et par des caractéristiques techniques améliorées (notamment, la taille moyenne de la mémoire vive (RAM) augmente).



Publicité pour les ordinateurs Atari sur les chaînes de télévision américaines (1982)

En dépit d’un positionnement commercial incertain à leur lancement, les ordinateurs 8 bits d’Atari connurent un succès non négligeable : près de 2 000 000 d’unités furent vendues entre la fin de l’année 1979 et le milieu de l’année 1985 et, de 1979 jusqu’en 1982, plus d’unités Atari 400 / 800 furent achetées que d’Apple II[1]. Toutefois, les ventes d’Atari 8 bits s’effritèrent rapidement, et ce dès 1983. Les facteurs en sont multiples : le lancement très concurrentiel du Commodore 64 fin 1982, sur un marché de niche encore réservé à un petit nombre, joua un rôle important. Surtout, l’impact de la concurrence fut renforcé par le relatif désintéressement de la firme Atari pour ses ordinateurs en 1983-1984 (notamment en raison des difficultés financières qu’elle traversait suite au crash du jeu vidéo), puis par les conséquences du rachat d’Atari par Jack Tramiel. Le lancement d'un modèle 16 bits (l'Atari ST) dès 1985, et la nécessité d'écouler des stocks importants pour rétablir les finances de l'entreprise expliquent à la fois la rapide chute de prix enregistrée sur les modèles Atari XL, le lancement de la gamme XE, et le (relatif) désintéressement des éditeurs de logiciels (notamment de jeux), puis du public pour ces ordinateurs après 1984.

1. Modèles d'ordinateurs

  • 1979 : Atari 400 et Atari 800. Le premier possède un clavier à membrane, tandis que le second offre un clavier mécanique, possède plus de RAM (les deux modèles sont extensibles jusqu’à 48 Ko), 2 ports cartouche et une sortie vidéo pour moniteur.
  • 1982 : 1200XL : ce modèle possède un nouveau boîtier en plastique beige et aluminium au facteur de forme réduit, 64K de RAM, 2 ports pour manettes, une touche Aide et 4 touches de fonction. Sa compatibilité ascendante n’est pas parfaite en raison d’un nouvel OS.
  • 1983 : 600XL et 800XL. Ces modèles remplacent les précédents et ont un design qui reprend celui du 1200XL. Le 600XL possède 16 K de RAM et seules ses versions PAL ont une sortie d’affichage sur moniteur. Le 800XL possède quant à lui 64 K de RAM une sortie d’affichage sur moniteur output. Le BASIC est désormais intégré en ROM et un port d’expansion (Parallel Bus Interface, ou PBI) fait son apparition à l’arrière des machines. Une nouvelle version du 800XL PAL, pourvue d’une puce FREDDIE et d’un BASIC révisé (rev. C) fit son apparition en Europe seulement (800XLF).
  • 1985 : 65XE et 130XE. Ils sont pour l’essentiel des 800XLF révisés dans un nouveau boîtier au facteur de forme (et au coût de fabrication) réduit. En outre, le 130XE possède 128K de RAM. Une interface Enhanced Cartridge Interface (ECI) vient remplacer la PBI sur les deux modèles (cette dernière caractéristique est absente des premiers 65XE commercialisés aux USA et au Canada).
  • 1987 : XE Game System. il s’agit d’une tentative d’Atari de revitaliser la gamme en la transformant en console de jeux vidéo (pour profiter de l’engouement des marchés pour ce type de machine) : le XE Game System possède un boîtier beige clair avec des boutons colorés et un clavier détachable au toucher semblable à celui des Atari ST.
  • 1987 : 800XE. Dernier modèle 8 bits fabriqué par Atari, cette machine réminiscente du 800XL est un 130XE qui ne possède que 64K de RAM. Elle a principalement été commercialisée en Europe de l’Est.


2. Périphériques

Les ordinateurs 8 bits d’Atari ont bénéficié d’une des gammes de périphériques les plus complètes et les plus variées qui soient : le plus célèbre est probablement le contrôleur de jeu ou joystick à un bouton repris de l’Atari 2600. En outre, ces périphériques se sont harmonisés aux différentes générations d’ordinateurs (400/800, XL, et XE) en adoptant le design et les couleurs des systèmes qu’ils devaient accompagner[2]. En voici les principaux commercialisés :

  • Modèles 400 et 800 : lecteur-enregistreur de cassettes 410, lecteur de disquettes 810, double unité de disquettes 815, imprimante matricielle 40 colonnes 820, pavé numérique CX-85.
  • Modèles XL : lecteur-enregistreur de cassettes 1010 (2 modèles furent fabriqués, au Japon et à Taïwan), unité de disquettes 1050, imprimante couleurs matricielle 40 colonnes 1020, modem 300 bps 1030, tablette tactile CX-77.
  • Modèles XE : lecteurs-enregistreurs de cassettes XC11 et XC12, unité de disquettes 5,25’’ XF551, unité de disquettes 3,5’’ XF351, imprimante matricielle 80 colonnes XMM801, modem 1200 bps SX212 (compatible Atari ST).


3. Caractéristiques techniques

Sur le plan technique, les ordinateurs Atari 8 bits ont tous un MOS Technology 6502 comme processeur principal. Cependant, ils se distinguent des autres modèles existant sur le marché —et ce jusqu'à la sortie de l'Amiga, qui fut d'ailleurs conçu par les mêmes ingénieurs— par le fait qu'ils s'appuient sur un ensemble de puces secondaires pour mieux effectuer certaines tâches : ainsi, une combinaison de puces ANTIC et GTIA gère l'affichage graphique, et une puce POKEY gère le son et les entrées/sorties du port série. Ces puces sont directement contrôlées via une série de registres mémoire du 6502 accessible à l'utilisateur.

L'architecture plus complexe des Atari offre un avantage évident : ces 8 bits sont plus puissants que leurs concurrents (notamment, en matière de graphismes) et pouvaient, en théorie, bénéficier de jeux d'une qualité exceptionnelle. À l'inverse, elle a des répercussions sur la programmation en langage machine, celle-ci étant plus complexe que sur d'autres modèles. L'attrait de la simplicité fit que la plupart des programmes commercialisés sur la machine n'exploitèrent pas sa puissance. Cependant, quelques titres de jeux y parvinrent, et ces caractéristiques eurent un impact déterminant sur la fidélité d'inconditionnels de ces modèles.


  • Processeur MOS Technology 6502
  • Puces secondaires ANTIC (E/S écran), CTIA (premiers modèles), GTIA (affichage), POKEY (son et E/S)
  • RAM : 16K, 48K (capacité maximale sur les modèles 400-800), 64K (capacité maximale sur les modèles XL), ou 128K (capacité maximale sur les modèles XE)
  • Parallel Bus Interface (PBI) ou Enhanced Cartridge Interface (ECI) (E/S)
  • 1-2 ports propriétaires pour cartouches ROM
  • 2-4 ports manettes au format propriétaire (Atari DB9)
  • Port propriétaire SIO (Serial Input/Output) permettant le branchement de plusieurs périphériques chaînés.
  • Atari OS intégré en ROM ; Atari BASIC intégré en ROM sur les modèles 600/800XL et XE ; Atari DOS disponible sur disquette uniquement.
  • Affichage en mode texte :
    • 40×24 caractères en majuscules/minuscules accentuées.
  • Affichage en mode graphique :
    • 40×24 car. en 4 couleurs (2 bpp)
    • 80×48 car. en 2 (1 bpp) ou 4 couleurs (2 bpp)
    • 160×96 car. en 2 ou 4 couleurs
    • 160×192 car. en 2 ou 4 couleurs
    • 320×192 car. en 2 couleurs (1 bpp).
    • puce GTIA seulement : 80×192 car. en 9 couleurs
    • logiciel seulement : 80×192 et 80×24 car. en 256 pseudo-couleurs.


Catégorie (1) Référence 
 
Mots-clef Atari  8 bits  800XL  48K  XE  600XL  16K  64K  MOS Technology  128K  1200XL  ANTIC  CTIA  GTIA 
Évaluation 50.00 %
Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2017-01-03 23:38:37

Recommandations

attachment icon
Ensemble comprenant un ordinateur personnel Atari 600XL, son câble vidéo (PAL), son alimentation, le guide de l'utilisateur Atari 600 XL, le manuel du langage Basic Atari et une feuille « Comment brancher votre ordinateur Atari (PAL) », le tout dans l'emballage d'origine (une grande boîte en carton argentée illustrée de photographies en couleurs avec ses polystyrènes).


attachment icon
Questron est un jeu de rôle classique sur ordinateurs, avec une interface directement inspirée par celle de la série Ultima, pour laquelle il obtint une licence de Richard Garriott : cela lui valut d’ailleurs d’être recommandé par la critique comme une bonne introduction à Ultima III((Michael Ciraolo, in Antic, Vol. 3, N° 7.)), en raison de sa complexité et de sa difficulté réduites (par rapport au jeu de «Lord British»).


attachment icon
Jeu d’arcade / action (de tir) rare, développé par First Star (1982) et commercialisé en version en cartouche ROM une première fois en 1982, puis par Parker Brothers en 1983.


attachment icon
Le jeu Moon Shuttle a été créé par Mark White et Greg Hiscott d’après l’arcade Nichibutsu, et publié par DataSoft en 1983 dans une double-édition qui réunit cassette et disquette de jeu dans une grande boîte cartonnée illustrée en couleurs. C’est un jeu de tir classique à la Invaders qui vous met aux prises avec quatre types d’aliens différents.


attachment icon
Célèbre jeu de plate-formes (avec un fort accent mis sur la poursuite et sur l’évitement) qui fut un des premiers hits de Broderbund Software, en 1982, Lode Runner, initialement sorti sur Apple II, a naturellement été adapté, d’abord en disquette (1983), puis tardivement en cartouche (1987), pour les ordinateurs familiaux et de jeux Atari.


attachment icon
Tableur développé à l’origine pour les ordinateurs Atari 8 bits, SynCalc (1983) s’est imposé notamment grâce à ses menus contextuels comme le standard du genre sur cette plateforme. Une nouvelle version a vu le jour en 1985, celle-ci exploitant jusqu’à 128 K de RAM (compatible Atari 600, 800, 800 XL et XE) et disponible également pour Commodore 64 / 128. Sur Atari, 48 K de RAM sont nécessaires au minimum.


attachment icon
Rescue on Fractalus, de Lucasfilm Games (LucasArts), pour ordinateurs Atari 8bits est un jeu entièrement en 3D fractale qui repoussa les limites de la programmation sur cette plateforme. La version pour XE Game System, commercialisée par Atari (mais compatible Atari 800 48K, 800XL, 65XE et 130XE) a été fabriquée en 1987.


attachment icon
Périphériques de l’Atari, de Daniel Jean David (Éditions du P.S.I., Paris, 1985) est un ouvrage consacré aux différents périphériques de la gamme d’ordinateurs Atari 8 bits (et plus particulièrement de la gamme XL). Le matériel et sa programmation sont passés en revue par l’auteur, avec des exemples de programmes en langage BASIC Atari. Le livre était vendu 85 FF à sa parution.


attachment icon
Périphérique Atari XC12 complet, dans sa boîte d'origine et à l'état de neuf. Parfaitement fonctionnel.


attachment icon
Livre broché dans la collection 102 programmes qui constitue à la fois un manuel pour apprendre le Basic par l'exemple et une source de programmes. Ce volume pour micro-ordinateurs Atari 400/800/600 XL/XE.


attachment icon
Version originale de ce jeu d'action-stratégie de Bill Williams développé en 1987 et sorti en 1988 chez Atari.


attachment icon
Adaptation soignée du jeu d’arcade classique de Taito Jungle Hunt (1982) sur Atari 400 / 600 / 800 / XL / XE, en cartouche ROM. Ce jeu de plate-formes à défilement latéral vous permet de contrôler un explorateur dans la jungle à travers 3 niveaux différents aux graphismes colorés et variés (pour l’époque), dont le contenu varie selon une difficulté réglable : en bravant des dangers tels qu’alligators et singes, sautant de liane en liane ou nageant sur une rivière, il vous faudra sauver une belle exploratrice de méchants cannibales. Excellent jeu.


attachment icon
Micro-ordinateur Atari 800 de 1979, fabriqué aux États-Unis, disposant de ses câbles et de son alimentation externe. Celui-ci sera livré avec une cartouche contenant le Basic Atari, le manuel de ce langage, un adaptateur secteur 110-200 volts et un jeu original sur cartouche.


attachment icon
Périphérique de stockage construit pour la gamme XL, le lecteur Atari 1010 a la réputation d'être le meilleur du constructeur : supérieur au 410 dont il corrige les défauts et améliore la vitesse, il bénéficie en outre d'une fabrication soignée, effectuée à Hong Kong ou au Japon (identifiable à la couleur de l'étiquette située entre les rotors). Robuste et d'un design caractéristique du début des années 1980 (identique à celui de l'ordinateur de seconde génération d'Atari, le 1200XL), il fut remplacé ultérieurement par le XC10 lorsque les micro-ordinateurs Atari virent leur coût de fabrication diminué à la demande de Jack Tramiel. Contrairement à ce dernier, il ne souffre pas d'un plastique de qualité médiocre.


attachment icon
Périphérique de stockage construit pour la gamme des ordinateurs familiaux Atari 400 / Atari 800 (première série du constructeur), le lecteur Atari 410 est d’apparence robuste et massive, tout droit sorti du design de la fin des années 1970 : plus lent que ses successeurs (1010, XC10 et XC12), il bénéficie cependant de la meilleure fabrication possible (Made in USA).


attachment icon
Super Breakout, d’Atari, est la version améliorée d’un premier opus graphiquement très proche et quant à lui simplement nommé Breakout. Outre le fait que ce dernier jeu a défini le genre du casse-briques (qui sera repris avec succès en salles par Taito, pour son Arkanoid), il faut noter pour l’histoire qu’il a été développé par Jobs et Wozniak (les fondateurs d’Apple Computer), sur une idée originale qu’on prête à Nolan Bushnell (le fondateur d’Atari) lui-même.


attachment icon
Archon de Free Fall Associates (1983) est un des jeux de stratégie les plus célèbres des années 1980 qui fut développé sur Atari 800. Adapté ensuite sur la plupart des plateformes 8 bits, puis 16 bits, il connut deux suites (dont une non-officielle) avant d’être réédité directement par Atari en cartouche. Ces dernières, fabriquées à Taïwan en 1987, ont été commercialisées dans une boîte cartonnée bleue portant la mention « Atari XE Videogame cartridge » (la console de jeu Atari XE). Hormis par son média (totalement compatible avec les modèles précédents d’ordinateurs Atari), cette version repackagée est en tout points identiques à la version originale pour Atari 800 de 1983 (compatible 1200 XL, 800 XL, 130 XE et 65 XE).


attachment icon
Gateway to Apshai est le jeu qui a introduit la dimension « action » dans la plus célèbre série rogue-like / dungeon crawl sur micro-ordinateurs du début des années 1980 (Dunjon Quest). Conçu au départ comme une introduction aux autres volets (Temple of Apshai) intrinsèquement plus complexes et plus difficiles à manier, développé par The Conneley Group, et publié comme il se doit Epyx Software, le jeu est également le premier à être sorti en version cartouche, pour Atari home computer systems, Colecovision et Commodore 64. La première de ces versions (le jeu existe aussi naturellement en cassette et en disquette) est également plus rare de toutes. Pour des raisons évidentes, elle est également la plus recherchée aujourd’hui, ce qui en fait un titre de collection sur plate-formes 8 bits.


attachment icon
Rare, la version C de l’ATARI Basic Computing Language (« langage de programmation BASIC ») pour ordinateurs 400, 800, 1200 XL, 600 XL et 800 XL, est aussi la meilleure puisqu’elle est réputée n’avoir aucun bug connu (à ce jour).


attachment icon
Caverns of Mars (1982) est le type même du jeu d’action (un shooter à défilement vertical) dans lequel Atari, Inc. excellait au début des années 1980. Le titre offre une expérience de jeu haletante, qui oblige le joueur à disposer de réflexes parfaits, tout en réfléchissant à sa trajectoire. Pour plus d’informations, voir ici.