The Secret of Monkey Island et Le Chuck's Revenge: Monkey Island 2. Collection LucasArts Aventure, PC CD-Rom

The Secret of Monkey Island et Le Chuck's Revenge: Monkey Island 2. Collection LucasArts Aventure, PC CD-Rom

Temporairement indisponible :
veuillez nous contacter pour plus d'informations.

Intérêt
The Secret of Monkey Island (1990) —de Ron Gilbert, que les plus jeunes connaissent probablement pour le battage médiatique réalisé fin 2012 autour de la sortie de The Cave— est naturellement complété par l’incroyable Le Chuck’s Revenge: Monkey Island 2 (de 1991 ; il s’agit du seul jeu dans lequel il est possible à notre connaissance de participer à un concours de crachats...). Les deux forment les premiers titres, par ailleurs indissociables, d’une des séries d’aventures graphiques de type point’n click les plus célèbres de l’Histoire vidéoludique (avec un H majuscule).

Ça, c’était pour la légende dorée... Mais tout n’est pas rose dans l’histoire de la saga Monkey Island. En effet, en bons capitalistes américains, les gens de LucasFilm Ltd. ou du moins, leurs distributeurs d’Ubisoft, choisirent de ne pas s’arrêter là. En d’autres termes, ils ne fallait quand même pas tuer la poule aux œufs d’or avant de les lui avoir tous piqués (les œufs —notez bien qu’il s’agissait plutôt ici des cédéroms du « pirate candide »...)

Alors, longtemps après la sortie des deux épisodes fondateurs devenus mythiques, les gens de LucasFilm ou ceux d’Ubisoft (ou les deux) se dirent qu’ils pouvaient encore faire de l’argent avec les Monkey Island 1 et 2. Aussitôt, ils se réunirent et ils décidèrent qu’ils allaient mettre ces deux titres prestigieux ensemble dans leur collection —sobrement mais ingénieusement— intitulée «Collection LucasArts» (presque en français dans le texte).

Et pour que les neuneux mangeurs de grenouilles que nous sommes comprennent bien de quoi il s'agissait (je suppose...), les mêmes fumeurs de cigares en costume-cravate crurent aussi nécessaire d'ajouter fort à propos la précision suivante sur la boîte cartonnée de la compile ainsi constitutée : «Aventure» (oui, c'est vrai, vous pouvez vérifier).

La chose fut probablement décidée entre deux hamburgers dégueulasses sur un coin de table évoquant vaguement l’angle mort d’une toile perdue d’Edward Hopper... En tous cas, force est de constater que la réalisation de la dite compilation fut largement à la hauteur des ambitions initiales du projet (traduction : un maximum de fric avec un minimum de boulot). Ainsi, à un moment précis situé au tournant des années 1990-2000, moment que je soupçonne être celui où les financiers achevèrent de prendre le contrôle de la respectable industrie du jeu vidéo, la coupe amère fut bue et le Mal fut consommé (pour les équipes créatives de LucasArts, j’entends).

Accident de l’histoire vidéoludique, l’affreuse compile squelettique —vous allez vite comprendre pourquoi j’emploie ce qualificatif— sortit en 1997 sur nos écrans (sur le mien en tous cas). Elle contenait comme prévu deux titres certes géniaux, mais déjà réchauffés et désormais enregistrés sur une seule galette argentée (ça, c’est une métaphore signifiant de manière poétique le disque cédérom des jeux...) La galette, donc, fut placée dans une hideuse boîte cartonnée qu’on aurait juré dessinée d’un coup de souris dans MS Publisher 2.0 (je précise ici que le dessin de la boîte n’a rien à envier à celui des autres titres de la collection « budget » LucasArts). Surtout et pour conclure, l’ensemble fut courageusement augmenté d’une notice imprimée en noir au format a5. Celle-ci, qui fait souvent défaut dans les musées (et c’est tant mieux, car elle est à la fois totalement inutile et ridicule) se borne à indiquer qu’il faut : 1. Insérer le disque CD-ROM. 2. Cliquer sur l’icône qui apparaît pour lancer le jeu... Et d’autres inepties du même genre...

Je terminerai cette notice sur un brin d’optimisme à caractère promotionnel : si vous n’avez pas (encore) réuni Monkey Island 1 & Monkey Island 2 dans votre collection personnelle de galettes LucasArts, si vous n’êtes pas allergique à l’humour (américain), aux pirates et à la bêtise humaine, cette compile, donc, se doit de figurer dans votre collection. Elle vous offre de plus une chance devenue rare de vous saisir d’un coup de deux titres mythiques de LucasArts, réunis sur un seul cédérom en version big box et pour une somme modique.

Alors, foncez ! (Et comme c’est écrit sur la boîte française, les regrets sont interdits...)



Catégorie (1) Années 1990 
 
Catégorie (2) 1990 
 
Catégorie (3) 1997 
 
Catégorie (4) Jeu vidéo 
 
Catégorie (5) Aventure 
 
Catégorie (6) Puzzle 
  Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2013-06-06 22:02:52