Micro-ordinateur ZX Spectrum de Sinclair Research Ltd. (1982)

Micro-ordinateur ZX Spectrum de Sinclair Research Ltd. (1982)


Intérêt
Le premier micro-ordinateur véritablement grand public en Grande-Bretagne (et notamment, en Espagne) fut le ZX Spectrum de Sinclair Research Ltd. Jusqu’au rachat de la marque par Amstrad, survenu en 1986, cette machine remporta un véritable succès international, comparable dans une moindre mesure à celui du Commodore 64.


Troisième modèle de la marque, le ZX Spectrum fut lancé au Royaume-Uni en avril 1982, à peu près en même temps que le Proton d'Acorn. Si le second, rebaptisé ensuite BBC, fut choisi par le gouvernement anglais pour l'Éducation, ses ventes stagnèrent et il ne sut jamais s'exporter. Le Spectrum, en revanche, fut largement distribué en Europe, en Amérique latine (au Brésil) et même, dans les pays de l'est (où il connut d'ailleurs de nombreux clones) Pour ce faire, il bénéficia dans un premier temps du succès rencontré par le ZX81, de la qualité de sa documentation, traduite, d'un prix de vente attractif et, dans un second temps, du nombre de ses utilisateurs ainsi que d'une logithèque importante, à vocation principalement ludique, à laquelle contribuèrent un nombre important d'éditeurs, en majorité mais pas exclusivement anglais.


1. Positionnement

Le place qu'occupa d'emblée le Spectrum se situait entre celle des micro-ordinateurs dits « d'initiation » (comme ses prédécesseurs, les ZX80 et 81, ou plus tard les Lynx, Aquarius, Alice et TRS-80 MC10), qui ne permettaient pas vraiment de faire autre chose que de la programmation, et la place occupée par des micro-ordinateurs plus onéreux et souvent moins faciles d'accès. Il faut noter que ces derniers étaient au moment de sa sortie en majorité de conception plus ancienne et exportés — parfois au compte-goutte — des États-Unis d'Amérique (comme les Tandy TRS-80, Commodore VIC-20 ou l'Apple II, bien plus cher). Le Commodore 64 ne sortit qu'à l'extrême-fin de l'année 1982, et l'Atari 600XL seulement l'année suivante.

Sur le marché français naissant, le ZX Spectrum ne fut d'abord réellement concurrencé que par l'Oric I (autre machine anglaise qui eut d'ailleurs le plus grand mal à être vendue dans son propre pays) : l'Atmos d'Oric, ou le MO5 de Thomson (disposant eux-aussi de 48 Ko de RAM) furent vendus à un prix bien supérieur à leur sortie, qui eut lieu respectivement en février et en mars 1984.

Aux États-Unis, enfin, une version légèrement modifiée du Spectrum, dans une carrosserie argentée avec des touches en plastique dur, fut commercialisée par Timex en novembre 1983 sous l'appellation Timex Sinclair 2068 ou TS-2068, mais sans grand succès : ce fut le dernier micro-ordinateur vendu par le constructeur britannique dans ce pays.


2. Caractéristiques

Sa date de conception relativement ancienne et son positionnement intermédiaire expliquent cependant ses handicaps : le ZX Spectrum, qui pouvait disposer d’emblée de 48 K de RAM, qui avait une résolution graphique intéressante (256 x 192 caractères) et qui disposait d’un BASIC maison de bonne facture, apparaît limité par rapport aux autres modèles 8 bits à succès : ses capacités sonores sont mauvaises (avec 10 octaves sur une seule voix, il est d’ailleurs entré dans la légende comme contre-exemple du micro-ordinateur musicien). Il dispose de moins de mémoire que les Commodore 64 ou Amstrad CPC. Face à ces micro-ordinateurs légèrement plus chers, il ne dispose ni d’une gestion de sprites (faute de vidéo-processeur), ni de ports en standard pour brancher des manettes de jeu. De plus, dans une moindre mesure, à la suite d’un choix étrange de Sinclair plutôt qu’à cause d’une faiblesse technique, ses graphismes paraissent limités par le fait qu’il ne dispose que de 8 teintes, déclinées en deux tons chacune (normal ou vif) qui peuvent être affichées simultanément, au lieu de 16 couleurs différentes pour la plupart de ses concurrents. Enfin, son clavier de type calculatrice (aux touches de gomme sur une membrane en plastique) offre une frappe aléatoire, rendue difficile par la juxtaposition de plusieurs modes de saisie entre lesquels il faut basculer à l’aide d’un modificateur, voire d’une combinaison de modificateurs.

Ces handicaps peuvent être minimisés, en raison de la mise-à-disposition d’une profusion d’interfaces, fabriquées par Sinclair (interfaces ZX1 et ZX2) ou par d’autres, qui étaient généralement relativement bon marché : il était ainsi possible d’adjoindre au Spectrum une extension ROM de 8 Ko supplémentaires, un port pour cartouches, un ou deux ports pour manettes de jeu, un microprocesseur audio AY-3-8912, une interface pour lecteurs micro-drive, ainsi que les instructions BASIC supplémentaires pour commander ces matériels.

Plus grave fut l’absence d’un support de stockage plus rapide et de meilleure capacité que les bandes magnétiques (ou cassettes) largement diffusé pour cette machine : celle-ci priva le Spectrum de manière définitive de tout un pan de la logithèque qui se développait alors pour le duo Amstrad/Commodore (comme les jeux disponibles uniquement sur disquette, offrant des temps de chargement important, utilisant le multi-chargement ou encore, ne pouvant tenir sur une cassette). Sinclair choisit en effet de soutenir sa technologie propriétaire, baptisée microdrive, en lieu et place des disquettes 5,25 dont disposaient les autres micro-ordinateurs. Ce dernier était un lecteur de mini-cartouches à bande magnétique et à défilement rapide : sa fiabilité fut souvent mise-en-cause. De plus, il fallait disposer de l’interface optionnelle ZX1 pour le relier au micro-ordinateur, ce qui en limitait d’autant plus la diffusion. Pour cette raison, aucun éditeur tiers n’adapta jamais ses logiciels en version disquette pour un micro-ordinateur Sinclair.

Le successeur du ZX Spectrum, dénommé QL (pour Quantum Leap), et les déclinaisons ultérieures du Spectrum corrigèrent la plupart de ces défauts (comme les faibles capacités sonores ou la frappe du clavier), sans toutefois parvenir à renouveler le succès de ce petit micro-ordinateur : ZX Spectrum+ et 128 continuaient de miser sur une architecture vieillie, tandis que le choix des microdrives comme moyen de stockage, ainsi qu’un mauvais positionnement comme machine de bureautique du QL coûtèrent à la firme son existence.




Catégorie (1) Référence 
  Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2010-05-04 19:29:22

Recommandations

attachment icon
Micro-ordinateur de collection, dans sa boîte d'origine noire avec le logo Sinclair (ce dernier était également présent sur les polystyrènes, ici manquants). Parfaitement fonctionnel et sans touches « mortes », il est fourni avec son alimentation, son manuel (couverture orange et dos à spirale), ses câbles (vidéo et magnétocassettes), ainsi qu'avec un micro spécial.


attachment icon
Ensemble reconditionné par nos soins et prêt à être branché comprenant un micro-ordinateur Sinclair ZX Spectrum+, un lecteur de cassettes fonctionnant avec, les câbles AV (format PAL), lecteur, l'alimentation d'origine, le manuel en couleurs et une cassette de jeu originale.


attachment icon
Interface Sinclair ZX Interface 1 pour ordinateurs ZX Spectrum et ZX Spectrum+ ; celle-ci est la première extension de Sinclair pour son ordinateur 8 bits : elle ajoute à ce dernier une interface RS232 (servant à connecter notamment une imprimante), un connecteur et l’interface idoine pour gérer 1-8 microdrives Sinclair ou compatibles (ZX Microdrives), ainsi qu’un port et l’interface idoine servant à relier 2-64 ZX Spectrum en réseau (ZX Net Sockets, au format jack).


attachment icon
Interface Sinclair ZX Interface 2 ou II pour ordinateurs ZX Spectrum et ZX Spectrum+ (1983). Elle est la seconde extension commercialisée par Sinclair pour ses ordinateurs 8 bits, auxquels elle ajoute deux ports pour manette de jeu (ou joystick) au format « physique » Atari (c’est-à-dires pourvus de connecteurs DB9), mais utilisant un protocole propriétaire (non comptatible Kempston) et un lecteur de cartouches ROM. Ce dernier devait permettre au Spectrum de concurrencer les consoles de jeux, mais ce fut un échec.


attachment icon
Modèle mono « portable » du début des années 1980 au design caractéristique noir, argent (pour la grille), rouge et ivoire (pour les touches). Son fonctionnement a été testé pour lire et enregistrer des programmes avec un micro-ordinateur Sinclair ZX Spectrum (utilise la connectique standard de l’ordinateur, non-fournie au format jack).


attachment icon
Version avec la jaquette argentée Sinclair de ce jeu mythique qui fut parfois livré d'origine avec la machine (notamment, le ZX Spectrum + en France)


attachment icon
Battlecars est un wargame simplifié qui se déroule dans un univers post-apocalyptique inspiré de Mad Max. Il fut publié au début des années 1980 par Games Workshop Ltd. et a été conçu par Gary Chalk et Ian Livingstone, notamment célèbres pour leurs « livres dont vous êtes le héros ». L’adaptation vidéo inédite de ce jeu —une première pour Games Workshop, en 1984 !— permet à 2 joueurs de s’affronter en créant leur gang et en l’équipant (un éditeur de jeu est fourni sur la deuxième face de la cassette).


attachment icon
Underwurlde est un jeu vidéo de plateforme (et d’exploration) développé pour le ZX Spectrum et pour le Commodore 64 par Ultimate Play The Game en 1984. Il constitue le deuxième opus de la série Sabreman, inaugurée par le jeu Sabre Wulf, dont il reprend le moteur. Ce dernier offre une vue en 2D latérale des différents écrans du jeu.


attachment icon
Night Shade est un jeu vidéo en vue isométrique à la troisième personne développé pour le ZX Spectrum par les frères Stamper d’Ultimate Play The Game en 1985. Bien que souvent considéré à tort comme un épisode des aventures de Sabreman —le légendaire explorateur—, il constitue un jeu indépendant, utilisant le même moteur (baptisé Filmation II) que Knight Lore, ou Alien 8, auxquels il est souvent comparé, mais avec un scrolling perpétuel pour passer d’un écran à l’autre.


attachment icon
The Fourth Protocol est un jeu de fiction interactive (jeu d’aventure adapté d’une œuvre littéraire, dans lequel les actions du joueur déterminent la fin de l’histoire. L’interface mêle, dans ce cas, textes et graphismes) qui suit de près la trame narrative du roman d’espionnage anglais de Frederick Forsyth, publié sous le même nom (The Fourth Protocol) en 1984.


attachment icon
Jeu culte des années 1980, Impossible Mission, d’Epyx Software est un jeu d’action-aventure (et de plate-formes) orginal, qui est initialement sorti sur Commodore 64 en 1984. Son adaptation pour ZX Spectrum, commercialisée en 1985 avec les versions du jeu pour Acorn Electron et Acorn BBC, est une des meilleures.