Activision (1979)

Activision (1979)


Intérêt
Activision (Activision Inc.) est un éditeur de jeux vidéo pour consoles de jeux et pour ordinateurs personnels. La société a été fondée en 1979 par Jim Levy, un ancien cadre-dirigeant de l’industrie musicale, et par 4 anciens programmeurs d’Atari : David Crane, Larry Kaplan, Alan Miller et Bob Whitehead, avec un apport de capital par le financier Richard Muchmore. L’objectif initial d’Activision est de commercialiser des jeux sur Atari VCS (Atari 2600), ce qui fait d’elle le premier éditeur de logiciels de jeux indépendant de tout constructeur de matériel au monde (auparavant, Atari, comme les autres sociétés vidéo-ludiques, fabriquait et commercialisait à la fois le matériel et les logiciels).


Au tournant des années 1970-1980, en effet, David Crane, Larry Kaplan, Alan Miller et Bob Whitehead programment à eux-seuls les jeux qui réalisent près de la moitié des ventes d’Atari. Contrairement à cette société qui partagent mal les bénéfices matériels et immatériels de son succès avec les programmeurs, Jim Levy entent appliquer au développement de jeux les canons de l’industrie du disque. Il effectue en particulier la promotion à la fois des développeurs et de leur création : ceci se remarque pendant la première moitié des années 1980 au nom du (ou des) programmeur(s) qui figure(nt) sur les jaquettes des logiciels édités par Activision, et à une page entière des manuels d’instructions qui leur est dédiée. Tout en subissant un procès de la part d’Atari (résolu fin 1982), Activision diversifie les cibles de ses développements et se tourne, notamment, vers les ordinateurs familiaux (Apple II, Commodore 64, ZX Spectrum...) dont le marché est alors en pleine expansion. En 1982, la société publie le titre Pitfall! : celui-ci, considéré comme le premier jeu de plate-formes au monde, devient rapidement un succès international et il est adapté sur à peu près tous les systèmes de jeu existants. En 1983, Activision réalise 159 millions de dollars US de chiffre d’affaire[1]. Certains jeux qu’elle édite sortent sous d’autres labels, là encore conformément aux pratiques des maisons de disques : « Electric Dreams Software », « Gamestar », ou « Triple Six ».

En 1984, Alan Miller et Bob Whitehead créent le studio Accolade (le premier est l’auteur du jeu Law of the West).

En juin 1986, encore à l’initiative de Jim Levy, Activision fusionne avec Infocom, alors le plus grand éditeur de jeux d’aventure textuels (ou de « fiction interactive »). Mais le genre souffre à la fois de l’absence de graphismes et de l’apparition de nouvelles interfaces plus intuitives pour conquérir de nouveaux publics. En 1986, Michel Levy est remplacé par Bruce Davis, qui était opposé à cette orientation. Ce dernier veut qu’Activision se tourne vers le développement d’autres applications que les jeux. Il renomme alors la société en Mediagenic, le nom « Activision » n’étant plus qu’une marque parmi d’autres. La nouvelle politique entraîne incidemment la fermeture d’Infocom, en 1989, après plusieurs années de pertes financières. Elle s’avère finalement être un échec : acquise par un groupe d’investisseurs extérieurs, Mediagenic change une nouvelle fois de direction et remplit le chapitre 11 de la loi de protection contre les faillites. Reformée dans l’État du Delaware fin 1992, la société reprend le nom d’Activision et déplace ses locaux en Californie du sud.

Revenu à ses objectifs initiaux, le nouvel Activision effectue plusieurs acquisitions de studios de développement et d’éditeurs tiers de moindre importance, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, avant de fusionner avec Vivendi Games en 2007 (Vivendi étant devenu actionnaire majoritaire). Aujourd’hui nommée « Activision Blizzard », la société continue de commercialiser ses jeux en ligne et pour consoles (dont le célèbre Guitar Hero). Ses principales ressources découlent de l’exploitation de franchises de jeux, en particulier celles de Blizzard (Diablo, Warcraft, et surtout le MMORPG World of Warcraft).


1. Ludographie

  • Fishing Derby (1980)
  • Skiing (1980)
  • Freeway (1981)
  • Ice Hockey (1981)
  • Kaboom! (1981)
  • Stampede (1981)
  • Barnstorming (1982)
  • Chopper Command (1982)
  • Pitfall! (1982)
  • River Raid (1982)
  • Robot Tank (1983)
  • Ghostbusters (1984)
  • H.E.R.O. (1984)
  • Pastfinder (1984)
  • Pitfall II: Lost Caverns (1984)
  • Ballblazer (1985)
  • Hacker (1985)
  • The Great American Cross-Country Road Race (1985)
  • Aliens: The Computer Game (1986)
  • Labyrinth (1986)
  • F-14 Tomcat (1988)
  • Ocean Ranger (1988)
  • The Last Ninja (1988)
  • Die Hard (1989)
  • Ghostbusters II (1989)
  • James Clavell's Shōgun (1989)
  • MechWarrior (1989), et ses suites
  • Shanghai: Triple-Threat (1994)
  • Classic Text Adventure Masterpieces of Infocom (1996)
  • Nightmare Creatures (1997)
  • Quake II (1997)
  • Interstate '76 (1997)
  • Zork: Grand Inquisitor (1997)
  • Battlezone (1998)
  • Civilization: Call to Power (1999)
  • Tony Hawk's Pro Skater et ses suites (1999-)
  • Spider-Man (2000)
  • Vampire: The Masquerade – Redemption (2000)
  • Wolfenstein: Enemy Territory (2003)
  • Vampire: The Masquerade – Bloodlines (2004)
  • Call of Duty (2004)


2. Références



Catégorie (1) Référence 
 
Mots-clef 1986  1989  1982  jeu vidéo  1992  Activision  USA  éditeurs  1979 
Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2010-09-28 12:11:56

Recommandations

attachment icon
Version originale de ce jeu de plate-forme très réussi par Activision. Inspiré par Mario, il a surtout été redécouvert par la scène des retro gamers (la critique qui en est disponible sur Lemon 64 lui donne 10/10 [1]). Peu courant.


attachment icon
Le pilote Roderick Hero débarque sur ZX Spectrum avec cette adaptation de H.E.R.O. (une des trois sorties sur ordinateurs 8 bits, avec celles sur Commodore 64 et MSX) : équipé d’un rotor dorsal, il est le seul qui peut sauver les mineurs pris au piège à des lieux sous terre. Mais attention, les galeries sont habitées, et en outre, des coulées de lave menacent d’engloutir tout le monde...


attachment icon
Jeu d’action (beat’em all) tardif sur cette plateforme, Hammerfist, développé par Vivid Image, fut crédité de 90% par Zzap!64 (n° 61) à sa sortie. Outre le fait qu’il témoigne de la maîtrise de la programmation sur Commodore 64 à la fin des années 1980, il allie une difficulté bien dosée à des décors variés et colorés.


attachment icon
Classique d’action(-aventure), original et doté d’une jouabilité parfaite, Master of the Lamps, titre programmé par Peter Kaminski et pourvu des musiques de Russell Lieblich, fait partie de ces jeux inclassables qui ont su s’imposer par leur seule force.


attachment icon
Probablement un des meilleurs jeux de course automobile (et plus particulièrement de rallye) sur Commodore 64, The Great american Cross-Country Road Race introduisit notamment les effets de la météo (tempêtes de neige) et la police dans le genre.


attachment icon
Rare titre d’action-puzzle, publié par Activision en 1984 (Zenji).


attachment icon
Pitfall II: Lost Caverns est un jeu de plate-formes classique qui est sorti à l’origine sur Atari 2600 en 1984. Il s’agit de la suite (offrant des graphismes améliorés) du populaire Pitfall!, disponible sur la même console. Les deux jeux ont été conçus et développés par David Crane et publiés par Activision. Le héros du jeu, Harry Pitfall, est un explorateur de jungle devenu un personnage célèbre de jeu vidéo. En raison de son succès, le titre a rapidement été adapté sur Apple II, ordinateurs Atari 8 bits, ColecoVision, Commodore 64, IBM PC Jr., MSX, Sega SG-1000, et ZX Spectrum, ainsi qu’en arcade. Il a connu en outre connu plusieurs suites, dont une fonctionnant sous Windows 95 (elle un des premiers jeux pour cet environnement).


attachment icon
Jeu d’action classique, H.E.R.O. (pour Helicopter Emergency Rescue Operation ), développé par John Van Ryzin pour Activision, vous place aux commandes du pilote Roderick Hero. Ce dernier, équipé d’un rotor dorsal, peut seul sauver les mineurs pris au piège à des lieux sous terre. Mais attention, les galeries sont habitées, et en outre des coulées de lave menacent d’engloutir tout le monde... Le jeu combine tirs, explosions et exploration de galeries souterraines, avec une bonne dose de réflexion et offre de plus une difficulté très progressive. Ces ingrédients font qu’il retient l’attention du joueur, même après des années.


attachment icon
Bon shoot’em up à défilement vertical, très prenant, développé par Activision en 1985 pour Commodore 64 : Zzap!64 dans son premier numéro lui octroyait 85%[1]. Une conversion pour MSX existe.


attachment icon
Jeu souvent comparé à Frogger dans lequel des poules doivent traverser une autoroute sans être heurtées par les véhicules. Un des tous premiers jeux vidéo d’Activision pour VCS.


attachment icon
Version cassette de cette adaptation plutôt manquée du film, malgré un début prometteur et une superbe introduction. La version pour Amstrad CPC est ceci dit la plus réussie, notamment en raison de ses couleurs.


attachment icon
Adaptation de l’arcade (jeu de tir à défilement vertical) réalisée par Activision pour Sinclair ZX Spectrum.


attachment icon
Hacker, d’Activision (1985), est un excellent titre qui combine stratégie, réflexion et recherche dans un jeu d’aventure à la fois original et multi-formes. Accueilli par un écran d’ordinateur qui vous demande de vous identifier (vous n’avez aucun mot de passe), vous pénètrerez finalement sur le réseau, entrerez en contact avec des espions et devrez échanger des objets par l’intermédiaire d’un robot...