Interceptor Software / Interceptor Micro's (1982-1992)

Interceptor Software / Interceptor Micro's (1982-1992)


Intérêt
Interceptor Software (également connue sous le nom de son premier label Interceptor Micro’s) est une société britannique de développement et d’édition de jeux vidéo pour ordinateurs 8 bits (principalement, les Commodore 64 et ZX Spectrum) et 16 bits (les Atari ST et Commodore Amiga). Elle s’est rendue célèbre grâce à une quantité de jeux publiés pendant les années 1980 (dont les plus célèbres sont peut-être Star Trek, 1983, et Into the Eagle’s Nest, 1987) et au début des années 1990.


Ses débuts sont caractéristiques des nombreux micro-éditeurs britanniques qui furent créés dans diverses villes d’importance secondaire du Royaume-Uni vers 1982-1983 (on emploie pour les désigner le terme de Cottage Industrie) : fondée et dirigée par Julian et Richard Jones (un père et son fils), Interceptor Micro’s est basée autour de la ville de Tadley, dans le comté de Hampshire. Au début, les deux amateurs sont associés à Jeff Minter (Llamasoft), mais ils quittent cette dernière compagnie suite à une dispute dès septembre 1982 pour fonder la leur. Au faîte de sa prospérité, vers 1987-1988, Interceptor emploie jusqu’à 30 personnes, puis elle est victime de la période de concentration de l’industrie du jeu vidéo et finit par disparaître au début des années 1990.


Les jeux développés par Interceptor Software furent d’abord et le plus souvent édités sous le label Interceptor Micro’s, éventuellement en version « budget » (ils étaient vendus dans un boîtier cassette ordinaire, avec une simple jaquette à rabats contenant les instructions). Les titres développés ou simplement distribués par Interceptor furent quant à eux commercialisés sous les labels Players, Players Premiere (pour les versions « budget », de 1986 jusqu’en 1991), puis Fun Factory (pour les versions « budget », de 1991 jusqu’en 1992), ou sous le label Pandora Premium (pour les jeux originaux les plus onéreux, comme Galdregon’s Domain, publié en 1988 ; ce label fut utilisé de 1987 jusqu’à la fin de l’année 1990).

La société commercialisa en outre avec succès quelques utilitaires/accessoires, dont le plus célèbre est une cassette d’alignement de têtes pour divers ordinateurs (Commodore 64). Enfin, Interceptor Software fabriqua un temps des boîtiers double-cassette crystal, qui étaient vendus sous le nom de Compact Case Company et qui étaient d’abord destinés au marché du jeu vidéo.


Ludographie

Note : seuls figurent dans cette liste les jeux publiés pour ordinateurs 8 bits sous le label Interceptor’s Micro.

  • After Shock
  • Asiento
  • Bandana City
  • Break Fever (C64)
  • BurgerTime (C64)
  • Caverns of Sillahc
  • China Miner
  • Crystals of Carus
  • Defender 64
  • Forest at the World’s End
  • Front Line
  • Guzzler
  • The Heroes Of Karn
  • The Empire of Karn
  • Jewels of Babylon
  • LA Police Dept.
  • Melonmania
  • Message from Andromeda
  • Micro Rescue
  • Missile Command
  • Panic 64
  • Quango
  • Scramble 64
  • Siren City
  • Spider and the Fly
  • Spriteman 64
  • Star Trek
  • Sword of Kings
  • Tales of the Arabian Nights
  • The Zacaron Mystery
  • Token of Ghall
  • Trollie Wallie
  • Vortex Raider
  • Wallie Goes To Rhymeland (C64)
  • Warlord
  • Where’s my Bones?
  • Wheelin’ Wallie (C64)
  • Wild Ride (C64)
  • Wunda Walter (Vic 20)


Catégorie (1) Référence 
  Contenu sous droits d'auteur - Dernière mise-à-jour : 2010-10-14 18:44:40

Recommandations

attachment icon
Star Trek est un (bon) Jeu de simulation-stratégie inter-galactique basé sur la série télévisée de S-F développé par Ian Gray et publié par Interceptor Software (1983). Rare, ce titre des débuts de l’éditeur grand-breton fut un des jeux qui lui permit de s’exporter aux USA. Il est encore plus difficile à trouver en version disquette.


attachment icon
Jeu d’action budget « classique » pourvu d’une vue latérale et d’un scrolling multi-directionnel, Where’s my Bones (Interceptor Software, 1986) est un shoot’em up original, qui offre un scénario peu conventionnel : dans ce jeu créé par Lee Braine, en effet, vous contrôlez un moine qui a été assassiné dans sa jeunesse. Réduit à l’état de fantôme, il lui faut récupérer ses ossements disséminés dans un labyrinthe pour pouvoir enfin trouver le repos éternel.


attachment icon
Jeu d’action (plate-formes) budget « classique » pourvu d’une vue latérale et d’écrans fixes ou d’un défilement latéral (selon la phase), Tales of the Arabian Nights, d’Interceptor Software, est sorti en 1984. Emblématique des productions anglo-saxonnes de l’époque sur micros 8 bits, le jeu mêle humour et exigence de précision pour offrir une jouabilité bien étudiée. Il possède, en outre, une synthèse vocale fièrement annoncée sur la jaquette. Pour plus d’informations, voir ici.


attachment icon
Ensemble comprenant une cassette spéciale (sur la face A) servant à aligner la tête du datassette (le lecteur de cassettes Commodore C2N), fournie avec un tournevis cruciforme fin et son livret d’instructions dans une grande boîte plastique avec jaquette en couleurs. Il s’agit de la version française de cet outil / utilitaire commercialisé par Interceptor Software (1984), rare et recherché car il permet d’entretenir son lecteur (pour Commodore 64 ou C 128). À noter : la face B contient Bandana City.


attachment icon
S’il en est un des premiers, Frogger 64, développé par Andrew Challis et publié par les Britanniques d’Interceptor Micro’s, ne fait pas partie des titres majeurs de cet éditeur de jeux « budget » : il offre, en effet, une difficulté peu élevée (dans les premiers niveaux), à la progression abrupte, et présentes des graphismes assez grossiers, «datés», même à l’époque de sa sortie, accompagnés d’un son poussif. C’est ce pour quoi on lui préfère généralement l’adaptation à la grenouille «officielle» des frères Parker ... Toutefois, pour les collectionneurs seulement, cette version est relativement rare et témoigne de la scène des micro-éditeurs de jeux britanniques qui existaient pendant la première moitié des années 80.


attachment icon
Sprite Man, ou Spriteman (1984) est un clone non-officiel sur Commodore 64 de Pac-Man. L’adaptation de ce jeu d’arcade de type « labyrinthe » (signée Ian Gray) est pourtant loin d’être une des meilleures sur cette machine : très (trop) rapide, elle présente des contrôles peu précis et une difficulté rédhibitoire.


attachment icon
Defender 64 est un clone non-officiel sur Commodore 64 du célèbre jeu d’arcade et de tir à défilement latéral. Ce shoot’em up de qualité a été développé par Ian Gray et publié par Interceptor Software en 1983. Il est un titre rare de cet éditeur.